Comment redresser la barre (du budget) en cours de mois – Le feedback de Cédric, coach Plénit’Finances

feedback coach financier

Chaque mois, les coachs budgétaires Plénit’Finances vous livrent un feedback ou un conseil issu de leur expérience.

Ce mois-ci Cédric partage une innovation mise en place pour nos clients en formule « intensive », afin qu’ils parviennent à « redresser la barre » en cours de mois.

Vous pouvez également retrouver les autres feedback de l’équipe pour ce mois-ci :

Le feedback de Cédric : « Comment redresser la barre en cours de mois ? »

Je vais à nouveau vous parler de notre formule intensive que nous proposons d’office à tous nos clients pour au moins les trois premiers mois de leur accompagnement.

Ce mois ci, l’objet de mon feedback est de vous présenter une innovation significative pour rendre plus performants encore les deux points de contrôle que nous planifions chaque mois avec nos clients. Avant que nous diffusions progressivement cette innovation à tout notre réseau de coachs budgétaires, j’ai d’abord constitué le mois dernier un panel d’expérimentation parmi les clients de mon portefeuille auxquels j’ai proposé de tester en avant première ce nouveau dispositif. D’ailleurs, je tiens tout particulièrement à les remercier d’avoir accepté d’y participer.

Voici quels sont les motifs qui m’ont incité à concevoir ce nouveau dispositif :

  • La prise de conscience que pour être suffisamment motivant, nos points de contrôle intermédiaires ne devraient pas se cantonner à s’assurer de la fiabilité de la catégorisation de leurs opérations bancaires que nous leur recommandons fortement d’effectuer à une fréquence hebdomadaire.
  • Pouvoir répondre à une question récurrente d’un bon nombre des clients que j’accompagne, tout particulièrement ceux dont la situation budgétaire est encore déficitaire : « indiquez moi quel sera le montant de mon découvert en fin de mois, juste avant le versement de mon salaire ? « 
  • Offrir une solution efficace à nos clients afin de les aider – si besoin est – à redresser la barre tant qu’il est encore temps et ainsi pouvoir garder le cap fixé initialement lors de nos séances principales en début de mois.

Une fois l’étape de la vérification de la fiabilité comptable de la catégorisation de leurs opérations bancaires, le dispositif expérimenté s’articule sous forme d’un tableur partagé en deux phases complémentaires que voici :

  • Une projection du solde bancaire de nos clients à la veille du versement de leur salaire, date à laquelle nous faisons l’arrêté de leur compte. Celui ci consiste à partir du solde de leur déficit structurel initial éventuel et
    • d’y additionner :
      • le montant prévu de l’effort de résorption du déficit structurel.
      • le montant des encaissements non budgétés initialement (suppléments de revenu, remboursements, retraits d’épargne, utilisation de sa « réserve » de crédit renouvelable…)
    • d’y soustraire :
      • la somme des Hors Budgets (dépenses non planifiées) et des Dépassements Budgétaires (dépenses planifiées mais dont l’objectif fixé est d’ores et déjà dépassé).

Une fois le calcul effectué à l’aide du tableur, il convient de comparer ce « solde bancaire projeté » au solde bancaire effectif le jour du point de contrôle. Si la trajectoire budgétaire initialement convenue est désormais strictement maintenue, il est possible de « prédire » avec une grande précision quel sera leur solde bancaire en fin de mois.

Toutefois cette prédiction confinerait à une forme de prédétermination « résignée » qui est une posture foncièrement étrangère à la pratique du coaching. C’est la raison pour laquelle la seconde phase du dispositif de contrôle de gestion consiste à effectuer un arbitrage budgétaire intermédiaire.

  • Un arbitrage budgétaire intermédiaire pour dynamiser l’effort de gestion.

C’est un exercice pragmatique très stimulant qui permet à la personne « gestionnaire en herbe » que nous coachons de sentir qu’elle dispose toujours du pouvoir d’infléchir une trajectoire budgétaire défavorable (par rapport à l’objectif initial) ou de conserver et même de renforcer une trajectoire favorable. Attention, il ne s’agit pas d’effectuer des correctifs budgétaires en cours de mois, ce qui reviendrait à modifier formellement les « jauges budgétaires » définies lors de la séance principale de début de mois.

L’arbitrage budgétaire intermédiaire consiste au contraire à prendre les décisions qui s’imposent pour respecter l’objectif du solde bancaire à l’arrêté du compte, c’est à dire à la veille du versement du salaire. Comment ? En comptabilisant dans le tableur mis à disposition :

  • les Hors Budgets (HB) et Dépassements Budgétaires (DB) déjà engagés le jour du point de contrôle ou dont on sait pertinemment qu’ils le seront : inutile de se voiler la face !
  • Les économies budgétaires définitivement réalisées ou encore réalisables d’ici la fin de l’exercice budgétaire.

Je me réjouis que cette « expérience pilote » se soit bien déroulée. Une cliente du panel d’expérimentation séduite qui voulait passer en formule autonomie (une séance principale par mois exclusivement) a finalement décidé de revenir sur sa décision pour continuer de bénéficier de ce dispositif innovant !

Vous aussi, si vous êtes clients Plénit’Finances en formule intensive, vos retours en séances auprès de votre coach budgétaire ou lors de nos enquêtes de satisfaction trimestrielles sont particulièrement les bienvenus.

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée