Comment réduire fortement son train de vie contraint (logement, nourriture, transports) ?

Le train de vie contraint : qu’est-ce que c’est, et pourquoi le réduire ?

Le train de vie contraint désigne le montant qui permet d’assurer vos dépenses vitales ou obligatoires, sans aucun “extra” (voir notre guide “Où part votre argent ?”).

Mais ce train de vie contraint n’est pas figé. Il est fonction de votre situation actuelle : votre logement, vos engagements, vos habitudes… Il peut donc être encore être réduit. On parle alors de compressibilité du train de vie contraint.

Nous avons rassemblé quelques idées pour réduire ces coûts contraints, parfois drastiquement, en nous concentrant sur trois postes budgétaires qui concentrent la majorité des dépenses contraintes : le logement, l’alimentation et les transports.

Certaines de ces idées vous choqueront peut-être : nous n’avons pas tous la même définition de ce qui est acceptable ou pas, et c’est tout à fait normal. Voyez ces idées comme une inspiration et non une méthode à suivre.

Même si vous ne les appliquez pas, vous découvrirez des nouvelles marges de manœuvre et gagnerez en liberté de choix et en résilience budgétaire.

Ces idées ont de nombreux points communs :

  • elles demandent une indépendance d’esprit : remettre en question votre mode de vie, vous libérer des pressions commerciales, faire preuve de curiosité, de créativité
  • elles demandent d’investir sur vous : acquérir de nouvelles connaissances, développer des expertises utiles au quotidien
  • elles favorisent la production plutôt que la consommation : faire plutôt que faire faire
  • elles jouent souvent sur le collectif : loin de vous isoler, les meilleures stratégies se basent sur le partage.

Découvrons-les sans plus attendre !

Des idées pour réduire le coût du logement

À l’achat comme en location, pour réduire le coût du logement, le plus évident est bien sûr de s’écarter des zones les plus demandées ou de réduire la surface.

Mais au chapitre des charges contraintes, ne pensez pas qu’aux coûts directs (loyer ou prix du logement, mensualités d’emprunt). Attaquez-vous aussi aux coûts annexes : énergie, assurance, entretien… en comparant les contrats mais surtout en adoptant les bonnes habitudes pour ne pas gaspiller d’énergie : les guides de l’ADEME (ici et par exemple) sont une très bonne référence.

Si vous êtes prêts à partager, la colocation réduira rapidement vos charges fixes. En réponse aux prix élevés de l’immobilier, les salariés représentent désormais 44% des colocataires, faisant jeu égal avec les étudiants (46%).

Les formats évoluent aussi : dans sa variante  “coliving”, la colocation devient une “hacker house” et invite sans remords le “coworking” dans les espaces privés. Un modèle qui tend de plus en plus vers la résidence hôtelière tous services… pas idéal pour réduire les coûts !

Plus fidèle à l’esprit de la colocation, l’habitat partagé intergénérationnel consiste à faire cohabiter une personne âgée et un étudiant en échange d’un loyer très réduit et d’une participation aux tâches du foyer :

Quelques exemples régionaux d’habitat partagé :

Et si vous alliez encore plus loin ?

Yourtes, péniches, camions… Découvrez des témoignages de personnes qui vivent autrement sur le site Toits Alternatifs. Bien souvent, le logement s’intègre dans la construction d’un mode de vie différent.

Débarrassez-vous de vos préjugés : ce mode de vie n’est pas réservé aux hippies et aux rêveurs. Jacob Lund Fisker, l’auteur du blog EarlyRetirementExtreme, pionnier du concept de “indépendance financière extrême” a vécu des années dans son camping-car. C’est aussi le cas de beaucoup de cadres de la Silicon Valley, qui subissent les loyers prohibitifs. Jacob résume sa philosophie dans un wiki (en anglais). Si vous préférez le français, vous retrouverez ses principales idées dans l’interview réalisée par Michael Ferrari du blog esprit-riche.

Connaissez-vous Mr Money Moustache ? Cet ingénieur du Colorado hyper bricoleur, qui maîtrise aussi bien la plomberie que la menuiserie, est devenu rentier précoce grâce à son hyper frugalité, et une philosophie du « DIY » (fais-le toi-même) qui lui a permis d’épargner 75% de ses revenus pour atteindre l’indépendance financière en 7 ans, en vertu de la célèbre formule sur l’indépendance financière qu’il a contribué à populariser.

Intéressez-vous aussi au mouvement minimalisme des micromaisons : des des très petites surfaces, souvent mobiles : https://tinyhousefrance.org/

Même si vous n’avez aucune envie de vivre dans une cabane, jetez au moins un œil aux photos !

Des idées pour réduire le coût de l’alimentation

Vous connaissez sans doute déjà les grands principes pour économiser sur l’alimentation.

  • Cuisinez plutôt que d’acheter des plats préparés
  • faites vos courses intelligemment en regardant les prix au kilo
  • évitez les fausses promos
  • faites les fins de marché
  • finissez en priorité les fonds de placard
  • utilisez le congélateur pour conserver les plats que vous avez préparés plutôt que des plats cuisinés à décongeler…

Et le jardin ? Oui, un potager vous fera faire quelques économies… mais soyez prêt à travailler dur pour un rendement incertain : la nature est parfois ingrate !

Pour gagner du temps et de l’argent, certains préparent tous leurs repas de la semaine en une seule session, souvent le dimanche. Cette pratique, surnommée « Meal Prep » dans le monde anglo-saxon, est parfois érigée au rang d’art à en croire les nombreux sites dédiés au sujet !

Pour beaucoup, ce n’est pas qu’une histoire de gain de temps ou d’argent, mais aussi une façon de contrôler les apports caloriques et les macro-nutriments : jetez un œil aux galeries Reddit pour un Meal Prep à l’américaine : https://www.reddit.com/r/MealPrepSunday/top/?t=all

Essayez aussi l’application toogoodtogo, qui vous permet d’acheter au rabais les invendus des boulangeries et traiteurs de votre ville. Attention : il faut parfois être rapide car les meilleures opportunités sont prises d’assaut…  et éviter les fausses bonnes affaires.

Et si vous alliez encore plus loin ?

Comment aller au-delà des ces pistes très consensuelles ? En bousculant vos habitudes !

Réduisez fortement ou supprimez la viande et les produits animaux. Si votre train de vie contraint les a déjà supprimés, tant mieux, sinon c’est l’occasion ! Le végétarisme permet de dépenser moins, ou de dépenser autant tout en améliorant la qualité des aliments.

C’est certainement la piste la moins douloureuse pour réduire la facture alimentaire. Faire une croix sur la viande est loin d’être une fatalité : vous y trouverez peut-être même une libération, qui sait ? Vous trouverez de quoi ajuster vos menus dans ce guide du végétarien débutant.

Peut-on se nourrir gratuitement ?

Oui. Le mouvement Freegan le démontre grâce à la récupération et au partage.

Le collectif Food Not Bombs, présent dans une douzaine de villes en France, organise régulièrement des repas gratuits ouverts à tous.

Quelle que soit votre approche, manger doit aussi rester un moment de plaisir, de pause, de sociabilisation. Fausser compagnie à vos collègues pour manger votre « lunchbox » au bureau peut vous faire économiser quelques centaines d’euros par mois, mais au prix d’une perte sociale importante… qui peut vous coûter bien plus cher ! Cela vaut aussi pour la santé : ne vous rendez pas malade pour quelques économies !

Des idées pour réduire le coût des transports

Nous pourrions vous suggérer de pratiquer le covoiturage, d’utiliser le vélo et les transports en commun… mais vous connaissez la chanson.

Si vous devez (ou souhaitez) rester derrière le volant, révisez vos classiques. Un véhicule bien entretenu consomme moins, et l’écoconduite (adoptez une conduite souple, passez les vitesses au bon moment, anticipez mieux, …) permet de réduire à la fois la consommation de carburant, les nuisances environnementales, et l’usure matérielle : des économies faciles à portée de main !

Certaines applications se présentent même comme des “coachs conduite” 🙂

Et si vous alliez encore plus loin ?

Mais en réalité, pour réduire le coût du trajet domicile-travail (le principal usage de la voiture), le meilleur moyen est … de supprimer le trajet !

Certes, les entreprises françaises sont réticentes au télétravail. Cependant, la tendance progresse d’année en année, encouragée par une évolution du droit du travail. C’est une façon efficace de réduire à la fois les coûts de transport et de logement, en permettant un éloignement des grands centres urbains.

Le freelancing a aussi le vent en poupe. Certains prévisionnistes américains prévoient même que plus de la moitié de la population des travailleurs exercera en freelance d’ici 2027 ! Même s’il s’agit souvent d’une réponse à difficulté du marché de l’emploi et même si tous les freelances ne travaillent pas à domicile, leur liberté géographique est plus grande que celle d’un salarié.

En conclusion…

Chacun sa manière de réduire les coûts. Mais quoi qu’il arrive, n’en faites pas une obsession en cherchant à amener votre train de vie le plus bas possible : la limite théorique est 0 €.

La vraie limite, c’est vous qui la fixez : dépensez en lien avec vos valeurs et vos objectifs à long terme, soyez frugal plutôt qu’austère, conscient plutôt que dogmatique.

Pour poursuivre la réflexion, nous vous invitons à lire cette étude (pdf) de l’ADEME sur les “frugaux volontaires”, qui offre une approche intéressante sur la remise en question de la société de consommation et la construction de liens non marchands.

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée