Le premier atelier de gestion budgétaire pour jeunes actives

En novembre 2014, nous organisions notre premier atelier d’éducation budgétaire convivial, à destination des jeunes actives. Cet atelier avait suscité de nombreuses réactions et nous avions répondu aux questions qui nous avaient été le plus souvent adressées.

Aujourd’hui, nous pouvons organisons pour tous, hommes ou femmes, des ateliers ludiques (avec jeu de société) pour apprendre à mieux gérer votre argent, entre amis, collègues ou en famille. N’hésitez pas à nous solliciter pour étudier les modalités d’organisation d’un tel atelier chez vous, dans votre entreprise ou dans un lieu convivial !

En quoi consiste cet atelier de gestion budgétaire ?

Cédric : Nous avons conçu un atelier destiné aux jeunes actives. Son objet est d’explorer leur rapport à l’argent et de leur donner les clés d’une relation sereine et productive à leurs finances courantes.

Comment avez-vous eu l’ie de cet atelier ?

Cédric : Afin de mieux sensibiliser notre clientèle à la gestion budgétaire, nous avons décidé de segmenter notre approche. Nous avons conçu des ateliers destinés à divers publics tels que : les futurs jeunes actifs, les auto-entrepreneurs, les personnes n’arrivant à rembourser leurs dettes (loyers inclus), et bien entendu les jeunes actives (moins de 40 ans).

Par ailleurs, nous cherchions une formule plus accessible et moins engageante pour découvrir le coaching budgétaire plutôt que des consultations individuelles souscrites immédiatement.
Plus largement, nous sommes à l’affût de toutes idées pouvant fissurer le puissant tabou de l’argent en France !

Aurélie : J’ai commencé à suivre la formation proposée par Plénit’Finances lorsque j’ai intégrée l’entreprise. Les séances de coaching m’ont énormément apporté. Avant je faisais de la navigation à vue. Je vérifiais simplement de temps en temps que je n’étais pas découvert. Je ne gérais rien. Le programme Plénit m’a permis d’effectuer un vrai travail sur ma relation à l’argent et de comprendre la manière dont je le dépense.

En comparant les postes de dépenses des clientes féminines avec ceux des clients masculins de l’entreprise, je me suis rendue compte que les femmes avaient généralement plus de postes que les hommes. Ayant étudié les sciences humaines, je suis sensible aux études de genre et consciente de la pression culturelle pesant sur les femmes et les hommes.

Je voulais que le maximum de personnes puisse bénéficier des avantages qu’offre la gestion budgétaire. En outre, en tant qu’assistante marketing et commerciale, ma mission consiste à promouvoir la formation et le coaching budgétaire.

Ce métier est encore jeune et ne bénéficie pas de la visibilité qu’il mérite. Un atelier m’a semblé la manière la plus efficace pour introduire en douceur le public à la gestion budgétaire.

Pourquoi un atelier destiné spécialement aux femmes ? Sont-elles plus mauvaises gestionnaires que les hommes ?

Cédric : David mon associé et moi-même avons constaté que la plupart de nos clients sont des hommes, alors que nous n’avons rien fait pour avoir une clientèle majoritairement masculine ! Nous cherchions donc les moyens susceptibles d’attirer une clientèle féminine, notamment parmi les jeunes actifs qui représentent le cœur de cible de notre activité.

Lorsqu’Aurélie nous a proposé ce projet d’atelier destiné aux jeunes actives, nous avons tout de suite accepté. En plus de briser le tabou lié à l’argent, cet atelier favorise l’indépendance des femmes par la maîtrise de leurs finances.

Aurélie : En effet, pendant des années les femmes se sont battues pour atteindre l’autonomie financière, c’est-à-dire gagner leurs propres revenus. Cependant, la société entretient encore aujourd’hui la croyance selon laquelle la gestion de l’argent ne concernerait pas les femmes. Cette croyance se nourrit du mythe de la femme dépensière, impulsive, dominée par ses passions et ses humeurs. Culturellement, la féminité est encore associée à l’impulsivité, à l’insouciance, à l’émotionnel. Elle est opposée à la maîtrise et à la rigueur requises pour réellement gérer son argent.

J’ai eu l’idée de proposer cet atelier pour faire ressortir la dimension limitante de ces croyances. En effet, celles-ci empêchent les femmes de mettre l’argent à leur service pour financer leurs projets et sécuriser leur avenir. Notre atelier s’inscrit en faux contre ces préjugés et cherchent à montrer aux femmes qu’elles ont tout intérêt à apprendre à gérer leurs finances. Cette compétence n’est pas l’apanage des hommes !

Je suis convaincue que le pouvoir sur l’argent permet de maîtriser son environnement et donc de gagner en estime de soi.   

Plénit’Finances serait donc une entreprise féministe ?

Cédric : Officiellement non, mais nous avons à cœur de soutenir toute initiative favorisant l’autonomie et la responsabilité individuelle. Nous avons d’ailleurs sollicité un partenariat avec des associations féministes lyonnaises. En vain, car le tabou de l’argent a été plus fort que l’occasion d’aider les femmes à prendre le pouvoir sur leurs finances…

Aurélie : C’est une question amusante. Plénit’Finances n’est certes pas une association féministe mais soutenant moi-même l’égalité femmes-hommes, je ne vois pas pourquoi les finances personnelles en seraient exclues.

On dit pourtant souvent que ce sont les femmes qui gèrent l’argent à la maison…

Cédric : Comme la plupart des Français, elles ne font au mieux que « tenir leurs comptes » et tenir ses comptes n’est pas gérer. L’objet de notre atelier est justement de leur apprendre la gestion budgétaire.

Jeunes actives lyonnaises, nous n’attendons que vous !

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée