Freelance et vacances : comment un budget de trésorerie vous évitera la double peine

Accueil >> Finances professionnelles >> Freelance et vacances : comment un budget de trésorerie vous évitera la double peine

Profiter de ses vacances sans se soucier de ses finances, un rêve ?

Lorsque l’on est indépendant, les vacances sont un sujet délicat. 

C’est une période difficile financièrement, mais aussi mentalement. Il faut réussir à « débrancher » en étant sûr que tout ira bien.

Imaginez : vous partez loin de votre travail. Peu importe si c’est dans la ferme de votre tante en Corrèze ou dans le Transsibérien, c’est quelque chose que vous avez anticipé et dont vous comptez bien profiter.

Cependant, quelque chose vous gêne. Une petite voix intérieure vous rappelle que vous rentrez dans 13 jours. Qu’en votre absence, tel client aura sans doute des commentaires sur la dernièreversion de votre prestation. Que l’URSSAF va prélever un nouvel acompte… et que finalement, vous n’êtes pas vraiment sûr d’avoir assez sur le compte.

Vous prenez le téléphone et consultez le compte pro. Un prélèvement important vient d’arriver sur le compte. Hmmm… Vous feriez mieux de lever le pied sur les dépenses… « On ne sait jamais ».

Et cela trotte dans votre tête pour le restant de vos vacances… alors vous vérifiez tous les jours que vous n’êtes pas à découvert et faites quelques virements à partir de votre compte d’épargne…

Et finalement vous ouvrez l’ordinateur portable pris « au cas où » pour faire quelques mails.

Bref, vous ne profitez pas à 100 % de vos vacances car tout n’est pas au clair dans votre esprit. Et cela vous gâche l’instant présent.

Est-on vraiment en vacances si on a la tête ailleurs ?

Pas de congés payés pour les freelances !

Les salariés ont des congés payés : en vacances, leur salaire continue d’être versé. Si le compte bancaire était une baignoire : en vacances, elle se viderait mais le robinet resterait ouvert.

Les indépendants, c’est différent. Quand ils ne travaillent pas, ils ne gagnent rien. En comme en vacances, les dépenses sont en général plus importantes, la baignoire se vide rapidement mais ne se remplit pas. 

Vous avez sans doute déjà connu cette « double peine » lors de vos dernières vacances. L’impression du compte qui se vide inexorablement. Dans quel état d’esprit étiez-vous ? Un peu inquiet ? C’est normal…

Les freelances sont-ils condamnés à être angoissés en vacances ?

Non ! Les vacances, ça se prépare financièrement ! (certes, c’est aussi vrai pour les salariés, mais c’est encore plus important pour les indépendants)

Il y a plusieurs manières de procéder. 

Chez nos clients, nous rencontrons souvent deux attitudes peu optimales : commençons pas voir ce qui ne va pas dans celles-ci.

Première attitude : travailler plus pour gagner plus

Entrepreneur prévoyant, vous savez très bien qu’il y aura un creux dans votre chiffre d’affaires en été. Vous décidez donc de « Travailler plus pour gagner plus » avant les vacances.

Quelques mois plus tôt, vous ajoutez un nouveau client à votre agenda, vous enchaînez les journées et les soirées, bouclez une prestation difficile, vous augmentez les rendez-vous si vous êtes un professionnel de santé…

C’est une bonne idée d’anticiper… Mais cela vient avec quelques problèmes :

  • Ce n’est pas bon pour la qualité du service que vous fournissez à vos clients ou patients
  • Ce n’est pas bon pour votre santé mentale, physique et votre vie sociale (vous renoncez à des moments entre proches pour travailler)
  • Ce n’est pas forcément bon pour vos finances :
    – Vous rentrez en taxi plutôt qu’en transports car vous êtes trop fatigué
    – Vous vous faites livrer car vous n’avez pas le temps de faire les courses et encore moins de cuisiner
    – Vous déposez tout au pressing car vous n’avez pas le temps ou l’énergie de faire une lessive
    – Vous compensez avec des achats d’impulsion pour relâcher la pression…
    Au final, vous gagnez plus, mais vous dépensez plus. En net, l’effort supplémentaire n’est pas forcément très bien payé.
  • C’est aussi plus d’impôts ! Ce n’est pas grave en soi (si vous payez plus, c’est que vous gagnez plus)… mais si vous êtes du genre à mal anticiper, vous risquez une mauvaise surprise d’ici quelques trimestres !

Mais imaginons que vous ayez réussi à vous surpasser en évitant le burn-out. 

Après tous ces efforts, vous avez amassé une sacrée cagnotte et vous partez en vacances épuisé, en vous disant que c’était vraiment nécessaire… Mais à quel prix ! Avez-vous vraiment l’impression d’en profiter, ou êtes juste en train de récupérer des excès ?

À vous de juger.

Selon nous, la solution passe par l’aménagement des finances plutôt que par celui du travail.

Mais avant d’entrer dans les détails, voici une deuxième fausse bonne solution…

Deuxième attitude : «Pas besoin de budget, il y a de l’argent sur le compte ! »

Nous sommes le 15 juin, vous avez 5 000 € sur votre compte et 6 000 € d’épargne de précaution sur un Livret A, soit 11 000 €.

Pas mal… Et vous n’avez rien provisionné. Ça va, non ? Vous pouvez partir en vacances l’esprit libre !

Erreur ! Vous avez quand même besoin d’un budget. Refaites le calcul de ce qu’il vous reste vraiment.

Car ces 5 000 € sont en réalité :

  • 1000 € de loyers / charges de logement que vous payerez même en vacances (loyer / emprunt, abonnements, assurances…)
  • 1000 € de cotisations sociales (le fameux prélèvement URSSAF du 5 août !)
  • 2000 € de provision pour anticiper un changement de voiture
  • 400 € pour le déplacement et les cadeaux à un mariage la semaine qui suit vos vacances
  • 600 € d’inscriptions à des activités à la rentrée

(et pour simplifier nous n’avons pas parlé des coûts professionnels : même lorsque vous ne travaillez pas vous avez forcément des charges récurrentes)

Quant à l’épargne de précaution, désolé mais elle n’est pas faite pour ça !

Elle est là pour compenser un aléa imprévisible, ou faire face à une baisse de revenus sans devoir recourir au découvert ou à l’endettement. Et quand on est freelance, travailleur non salarié ou entrepreneur, elle est cruciale !

Alors, évidemment, vous pouvez partir en vacances en piochant sur votre compte courant.

Mais que vous dépensiez 500, 2000 ou 10000 euros pendant vos vacances, tout ce que vous prélevez viendra pénaliser l’un des projets listés plus haut : cela vous forcera à renoncer à l’une de ces choses.

Entendons-nous bien : en soi, ce n’est pas grave de privilégier ses vacances plutôt qu’un mariage… tant que c’est assumé.

Mais dans cette situation, ce n’est pas vous qui avez choisi : vous avez subi. 

Ici, les vacances sont arrivées en premier sur le compte, elles ont vidé le solde et retardé le reste. « Premier arrivé, premier servi  ».

Or, cela devrait être à vous de définir ce que vous faites avec votre argent. Et pour cela, une seule solution : anticiper et faire un budget.

Créer ses propres congés payés de freelance grâce à un budget

Vous l’avez compris, l’idée est de créer votre propre système de congés payés.

Pour bien provisionner, il vous faut d’abord un budget.

Ce budget doit vous indiquer :

  • quelles sont les dépenses pré-engagées (qui seront prélevées quoi qu’il arrive : logement, assurances, abonnements, impôts, bref tout cet argent qui n’est déjà presque plus à vous…)
  • combien coûtent les vacances (et quelles sont vos marges de manœuvre)
  • combien épargner chaque mois tout au long de l’année spécifiquement pour les vacances (afin d’éviter les mélanges dont on parle plus haut). 

Et votre comptable ? Il ne vous aidera pas. Son travail consiste à s’assurer que votre comptabilité est correcte, que le chiffre d’affaires déclaré correspond à la facturation, etc… mais un comptable ne peut pas vous donner de conseil sur l’articulation entre trésorerie professionnelle et trésorerie personnelle, un enjeu pourtant crucial pour les freelances.

Le budget matérialise vos choix, il ne vous prive pas

Oui, vous avez bien lu : il faut épargner chaque mois. Cela veut dire anticiper, mis surtout ajuster vos habitudes, réduire ou modifier votre consommation… 

Tout est affaire de priorités. Vous ne faites pas ça pour le plaisir de créer des catégories et couper dans tel ou tel poste budgétaire.

Vous faites ça pour améliorer votre qualité de vie en vous assurant que vos préférences, vos priorités et vos objectifs soient bien matérialisés dans votre budget, puis dans vos dépenses.

Cela veut dire renoncer à certaines choses, mais chaque arbitrage est là pour vous rapprocher de votre idéal et éviter que le hasard de la vie décide à votre place. 

C’est tout de suite plus motivant formulé comme ça, non ?

Acheter du temps libre ce n’est pas que pour les freelances

Profiter de l’instant présent en vacances, c’est un confort. Presque un luxe. 

Mais il est accessible à quiconque sait correctement gérer sa trésorerie… et cela s’apprend !

Préparer l’avenir, c’est à dire améliorer sa vie avec son salaire, sa pension ou les revenus de son travail, c’est une compétence utile à tous : salariés, indépendants, retraités, étudiants…

Et au-delà des prochaines vacances, si vous maîtrisez bien votre trésorerie, elle vous permettra d’acheter du temps libre dans les meilleures conditions :

  • prendre un congé sabbatique (mini-retraite en milieu de carrière)
  • avancer votre âge de départ à la retraite (ou limiter l’inéluctable augmentation de l’âge légal)
  • diminuer votre temps de travail (car vous ne serez pas éternellement en bonne santé)

Et tout débute par un budget ! Commencez dès maintenant : )

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée