Tout savoir sur le budget pour faire ses comptes efficacement

Accueil >> Gérer Son Budget >> Tout savoir sur le budget pour faire ses comptes efficacement

Les définitions du budget : table des matières

  1. Budget prévisionnel
  2. Relevé de compte intelligent
  3. Logiciel de gestion de compte et de budget
  4. Mensualiser
  5. Économiser
  6. Omission budgétaire
  7. Dépense spontanée
  8. Dépense imprévisible
  9. Charges fixes (et ratio de charges fixes)
  10. Train de vie contraint / Ratio de train de vie contraint
  11. Compressibilité du train de vie contraint

Budget prévisionnel : Définition et conseils

Le budget prévisionnel

Le budget prévisionnel est un tableau où sont reportées les recettes et dépenses à venir, en général à l’échelle d’un mois.

Le budget est la clé d’une bonne gestion des finances courantes, quelles que soient ses revenus et sa situation patrimoniale.

Il permet d’anticiper et d’atteindre des objectifs financiers réalistes et ambitieux.

Le budget n’est pas un suivi passif et rétroactif, ni un pointage de tickets de caisse avec le compte bancaire !

Pour être efficace, la gestion d’un budget doit s’inscrire dans un cycle régulier :

  • Création du budget prévisionnel chaque mois,à la date d’encaissement des principaux revenus du foyer
  • Catégorisation de ses opérations bancaires et rapprochement de celles-ci avec le budget prévisionnel établi (idéalement toutes les semaines)
  • Arrêté des comptes en fin de mois. Cette confrontation finale entre entre le budget et la situation réelle permet de créer les ajustements nécessaires pour le budget suivant.

Nos conseils concernant le budget prévisionnel

  • Simplifiez-vous la vie : mensualisez la plupart de vos dépenses pour créer de la récurrence.
  • La mémoire peut trahir mais le compte bancaire ne ment pas : un budget permet de faire un point objectif sur son mode de vie, et de réfléchir sur la satisfaction qu’apporte chaque dépense.
  • Il n’y a pas de budget idéal : le bon budget est celui qui correspond au mode de vie et aux aspirations de la personne ou du ménage.
  • Ne recherchez pas la perfection : mieux vaut un budget approximatif que pas de budget du tout ! De même, privilégiez un budget prévisionnel réaliste plutôt que trop ambitieux en matière d’épargne ou de réduction du découvert.

Relevé de compte intelligent : Définition et conseils

Relevé de compte « intelligent »

Un relevé de compte intelligent est un relevé qui vous aide à comprendre votre réalité financière.

Classiquement, un relevé bancaire, c’est toujours une banale liste d’opérations avec :

  • une date de relevé qui correspond au bon vouloir de la banque
  • un solde bancaire à cette date qui ne montre rien de votre situation financière réelle
  • une organisation des opérations, par types, ou par dates, qui ne vous apprend rien sur votre capacité à gérer vos finances courantes.

À l’opposé, avec un relevé de compte intelligent :

  • vous choisissez la date à laquelle vous arrêtez votre exercice budgétaire (dans l’idéal, la veille de votre salaire) et à laquelle vous remettez “les compteurs à zéro”
  • vous visualisez la variation de votre solde bancaire entre deux dates d’arrêté : vous comprenez donc si vous avez amélioré ou dégradé votre situation financière
  • vous retraitez les effets d’une éventuelle carte à débit différé qui pollue votre analyse (l’idéal étant de supprimer tout usage du débit différé)

Nos conseils concernant les relevés bancaires intelligents

Un relevé de compte, même intelligent, n’est jamais suffisant car il se contente de vous montrer le passé !

La continuité de cette remise à zéro mensuelle, c’est le budget prévisionnel qui permet :

  • d’anticiper l’évolution de votre trésorerie dans les 30 prochains jours
  • de vous fixer des objectifs pour donner du sens à votre consommation au quotidien
  • de comparer les résultats réellement obtenus pour conduire des changements d’habitudes à long terme.

Logiciel de gestion de compte et de budget : Définition et conseils

Logiciel de gestion de compte et de budget

Un logiciel (ou application) de gestion de comptes bancaires et de budget est un service en ligne permettant :

  • l’agrégation de comptes (rapatriement des soldes et des opérations de plusieurs banques sur une même interface),
  • des outils d’analyse et de gestion de budget (catégorisation automatique, soldes prévisionnels en fonction de l’historique des dépenses, alertes…).

Ces services sont proposés par des entreprises spécialisées (GererMesComptes, Linxo, Bankin…) ou par les banques en ligne, en tant que service complémentaire (Fortuneo Budget, Boursorama Money Center…).

Dans ce cas, l’accent n’est pas toujours mis sur la gestion de budget mais sur les fonctionnalités de coffre-fort électronique (stockage des factures et documents financiers en un lieu unique).

Nos conseils concernant les logiciels et applications de budget

Ces services font gagner du temps, mais pour bien gérer votre budget vous devrez les personnaliser. Le “tout automatique” n’est pas forcément à votre avantage.

Idéalement, une application de gestion de budget doit vous permettre de :

  • personnaliser des catégories budgétaires,
  • suivre un plafond (ou jauge) de dépenses par catégorie en cours de mois
  • analyser les écarts entre prévisions (objectifs) et dépenses réelles, poste par poste,
  • créer des comptes virtuels, ou « tirelires » dédiées aux provisions ou aux projets indépendamment de l’endroit où se trouve l’argent : même si l’argent est déposé sur un unique livret d’épargne, vous devez pouvoir le diviser en plusieurs projets,
  • gérer en base 0, pour visualiser les effets de votre gestion du mois sans être pollué par le mois précédent.

Mensualiser : Définition et conseils

Mensualiser les dépenses

Mensualiser une dépense, c’est la payer tous les mois plutôt que trimestriellement ou annuellement.

Mensualiser permet aussi de lisser une dépense cyclique (chauffage par exemple) en une série de paiements de même montant tout au long de l’année. Le paiement prend alors la forme de 10 prélèvements mensuels identiques, et d’une régularisation le 11e mois (complément à verser ou remboursement de trop-perçu).

Pour mensualiser, il suffit de contacter son fournisseur ou son débiteur. Il est parfois possible de choisir le jour du prélèvement mensuel.

Nos conseils concernant la mensualisation des dépenses

La gestion de trésorerie est l’art du lissage et de la prévisibilité. Nous vous conseillons donc de mensualiser tout ce qui peut l’être : assurances, gaz et électricité, impôts…

Certaines personnes rechignent à mensualiser. Elles ont l’impression d’avancer de l’argent si elles ne payent pas exactement ce qu’elles consomment chaque mois.

En pratique, cet inconvénient (qui n’en est pas vraiment un) ne pèse rien face aux avantages de la mensualisation :

  • la tranquillité d’esprit : Une fois la mensualisation mise en place, vous n’avez plus rien à faire. Sans mensualisation, un virement oublié ou mal provisionné, c’est immédiatement des frais en plus !-
  • le provisionnement automatique : Payer un montant constant tout au long de l’année est une forme de provisionnement : certes, vous payez plus de chauffage que consommé en été, mais cet argent vous évite une grosse facture au moment de Noël.
  • la visibilité : En constatant vos dépenses récurrentes chaque mois plutôt qu’une fois par an, vous êtes plus conscient de vos charges et prenez de meilleures décisions budgétaires.

Enfin, ne confondez pas mensualisation et paiement étalé. Un appareil onéreux payé en 10 fois n’est pas une mensualisation mais un achat à crédit (même gratuit, un crédit reste un crédit) !
La mensualisation ne s’applique qu’aux dépenses récurrentes, pas aux biens d’équipement !


Économiser : Définition et conseils

Faire des économies, réduire les dépenses pour mettre de côté

Économiser consiste à réduire volontairement certaines dépenses pour, au choix :

  • réduire son endettement,
  • affecter l’argent sur un autre poste de consommation,
  • épargner.

Contrairement au discours de la grande distribution, économiser ce n’est pas faire la chasse aux promos ! Les promotions sont avant tout des incitations à acheter des produits que l’on achèterait pas naturellement.

Nos conseils pour économiser

Tout le monde, quels que soit ses revenus et son train de vie, peut avoir à économiser.

En voiture, on ne fait pas qu’accélérer : on a parfois besoin de ralentir. En restant à une même allure, on peut aussi changer le rapport de vitesses : cela revient à modifier ses dépenses à budget constant pour en tirer davantage de satisfaction.

Économiser est une affaire d’arbitrages. Pour repérer les dépenses peu utiles et préserver celles « à forte satisfaction ajoutée », il faut les connaître en détail : un budget est indispensable.

Il existe de nombreuses astuces psychologiques pour moins dépenser…

  • la règle des 30 jours pour les achats impulsifs (placer les achats sur une liste d’attente et les acheter si l’envie persiste après 30 jours)
  • la règle des 30 secondes en magasin (reposer l’article, penser à sa volonté d’économiser et – éventuellement – le reprendre après 30 secondes)

… mais rien ne remplace une réflexion sur les fondamentaux de votre consommation : connaissez votre propre définition du bonheur et planifiez consciemment vos dépenses. Cela sera plus utile que de réduire votre train de vie sans direction particulière.


Omission budgétaire : Définition et conseils

Omission budgétaire (oubli dans le budget)

L’omission budgétaire désigne le fait de ne pas avoir inscrit dans son budget prévisionnel une dépense (ou un encaissement) qui était pourtant prévisible.

Parmi les oublis fréquents : une échéance de taxe d’habitation ou de redevance audiovisuelle, un paiement annuel d’assurance, le contrôle technique…

L’omission n’est pas un dépassement budgétaire (consommation supérieure à ce qui était anticipé) ni une dépense imprévisible (réparations du pare-brise de la voiture suite à un impact par exemple).

Les omissions sont donc des erreurs d’anticipation.

Nos conseils pour éviter les omissions budgétaires

Une omission peut vous faire rater un objectif d’épargne ou vous mettre dans le rouge pendant un mois.

Ne soyez pas trop rude avec vous-même : vos capacités d’anticipation s’amélioreront avec le temps.

Le fait que vous ayez un budget et que vous cherchiez à l’améliorer vous met déjà en bonne position financière.

Le plus important reste votre intégrité budgétaire : votre capacité à respecter le budget prévu.

Pour n’oublier aucune échéance :

  • mensualisez les échéances annuelles afin de les avoir régulièrement sous les yeux
  • évitez les paiements par chèque, qui ne vous permettent pas de connaître la date de débit
  • privilégiez la carte (à débit immédiat !) pour les achats comptant, ou le prélèvement pour les échéances périodiques

Quant aux omissions sur les recettes, elles sont aussi à éviter, mais sont bien plus rares…


Dépense spontanée : Définition et conseils

Les dépenses spontanées

Une dépense spontanée est une dépense qui n’était pas prévue dans le budget.

Il ne s’agit pas :

  • d’une omission budgétaire (l’assurance auto annuelle que l’on avait oublié d’intégrer dans le budget du mois)
  • d’une dépense imprévisible par nature (électroménager à remplacer en urgence).

Il s’agit bel et bien d’une dépense effectuée en dehors du budget : achat impulsif, week-end impromptu…

Nos conseils concernant les dépenses spontanées

Une dépense spontanée vient faire dérailler la planification budgétaire et peut vous mettre dans le rouge. Pire : elle remet en cause votre intégrité budgétaire, c’est à dire votre capacité à respecter un budget.

Pour réconcilier budget et dépenses le mois suivant, il n’y a que deux solutions :

1. Intégrer ces dépenses dans le budget

Auriez-vous été trop strict avec les « dépenses-plaisir » ? Parfois, il ne sert à rien d’être trop ambitieux, et des dépenses spontanées peuvent refléter un besoin de lâcher la bride.

Or, le budget n’est pas affaire de privations mais de prévisions et de choix. Il doit refléter votre mode de vie.

Créez donc un poste budgétaire « Dépenses diverses » et permettez-vous davantage de fantaisie !

Mieux vaut dépenser dans le cadre d’un budget que de faire des écarts. Évidemment, cela pourra demander des arbitrages entre les différents postes…

2. Réduire la fréquence et le montant de ces dépenses

Vous pouvez aussi chercher à moins dépenser. Vous devrez alors agir sur votre comportement, comprendre vos motivations derrière ces dépenses, et renforcer votre intégrité budgétaire.

Le coach financier peut vous aider à mettre en place ces solutions.


Dépense imprévisible : Définition et conseils

Les dépenses imprévisibles (subies)

Les dépenses imprévisibles sont les dépenses subies, qui ne pouvaient être inscrites dans le budget car impossibles à connaître à l’avance.

Elles sont surtout définies par ce qu’elles ne sont pas :

  • Imprévisible n’est pas synonyme d’oubli ! Remplissage de la cuve de fioul, taxe d’habitation, frais d’inscription aux activités des enfants à la rentrée, cadeaux d’anniversaire : ces dépenses ne constituent pas des dépenses imprévisibles, car leur montant et leur date sont connues ou raisonnablement estimables.
  • De même, les réparations sur le toit ou la chaudière ne sont pas réellement imprévisibles : il est possible de créer progressivement des provisions pour y faire face.
  • Enfin, les coups de cœur et achats spontanés ne rentrent certainement pas dans cette catégorie !

Que reste-t-il alors ?

Les véritables coups durs de la vie, des dépenses inattendues, absolument nécessaires, et urgentes.

Exemples : Accident domestique non couvert par les assurances, augmentation des dépenses liées à des frais de santé mal remboursés, remplacement d’un objet indispensable après un vol, besoin immédiat d’argent pour aider un parent…

Nos conseils pour gérer les dépenses imprévisibles

  1. Apprenez à distinguer ce qui est imprévisible et ce qui ne l’est pas : cela vous aidera à organiser votre budget.
  2. Mettez de la prévisibilité là où vous le pouvez : mensualisez les impôts et les assurances, et anticipez les gros travaux avec l’épargne de provision.
  3. Pour les dépenses réellement imprévisibles, utilisez l’épargne de précaution : elle est là pour cela !

Charges fixes (et ratio de charges fixes) : Définition et conseils

Les charges fixes du foyer (coûts fixes)

Une charge fixe, également appelée “coût fixe” ou “coût de structure”, c’est une dépense récurrente que vous ne pouvez ni supprimer, ni même réduire du jour au lendemain.

Loyer, assurances, crédits, frais d’énergie, impôts, abonnements à long terme… autant de frais qui grèvent votre budget chaque mois, avant même que vous n’ayez commencé à faire des choix de consommation ou constitué de l’épargne-projet ! C’est la raison pour laquelle les charges fixes sont aussi dénommées “charges pré-engagées”.

Certaines charges fixes “s’accrochent” plus que d’autres. Il est facile de résilier Netflix, mais beaucoup plus difficile de se débarrasser d’une résidence secondaire achetée en commun avec d’autres membres de la famille… On parle alors de charges fixes compressibles ou non compressibles.

Nos conseils concernant les charges fixes

  • Le ratio de charges fixes est un aspect fondamental des finances personnelles. Il représente la proportion de vos revenus consommés par les charges fixes.
  • Nous considérons qu’au-delà de 60% de charges fixes, vous pouvez vous sentir bridé dans vos dépenses variables, car ce n’est qu’une fois ces charges fixes payées que vous pouvez réellement choisir où va votre argent.
  • Lorsque vous faite une grosse dépense, ne regardez pas que le prix : estimez aussi l’augmentation future des charges fixes.Un deuxième véhicule, c’est aussi l’assurance, le garage, le contrôle technique…
  • Ne perdez pas le contrôle de votre vie : interrogez-vous régulièrement sur le sens de vos charges fixes. Réduire la voilure de façon volontaire est moins douloureux que de le faire sous la contrainte !

Train de vie contraint : Définition et conseils

Le train de vie contraint : les charges vitales

Le train de vie contraint désigne l’ensemble des charges fixes ou vitales d’un ménage.

Il s’agit de toutes les dépenses incompressibles ou difficiles à diminuer : loyer, remboursement de crédit, alimentation, énergie, transports obligatoires…

Le train de vie contraint se contente d’assurer l’indispensable, sans aucune dépense facultative.

Le ratio de train de vie contraint désigne la proportion des revenus du ménage absorbés par ce train de vie contraint.

Un train de vie très contraint (au-delà de 80%) limite beaucoup les « extras » et augmente le risque de recours au découvert et à l’endettement au moindre imprévu : on parle d’asphyxie budgétaire. Il est alors très difficile d’ajuster ses dépenses ou provisionner.

Nos conseils concernant le train de vie contraint

Pour être efficace, le coaching budgétaire doit s’appuyer sur les marges de manœuvres présentes dans le budget de la personne coachée. Si le ratio de coûts contraints est supérieur à 80 %, la personne a de très faibles marges de manœuvre pour se faire plaisir et épargner, et le coaching budgétaire perd en utilité.

De nombreux ménages se sentent piégés car leur train de vie contraint consomme la grande majorité de leurs revenus. Éloignés de leur lieu de travail à cause des prix de l’immobilier, ils sont très dépendants de leur voiture et des prix du carburant.

Seuls des réaménagements lourds peuvent faire fortement baisser le train de vie contraint : renégocier des crédits, déménager…


Compressibilité du train de vie : Définition et conseils

Compressibilité du train de vie : potentiel de réduction des charges

La compressibilité du train de vie contraint désigne la possibilité de réduire son train de vie contraint en procédant à des ajustements (changement de mode de consommation, de véhicule, de logement), sans toucher aux nécessités vitales.

Quelques exemples d’ajustements :

  • prendre les transports en commun plutôt que la voiture
  • réorganiser sa façon de faire les courses
  • déménager
  • etc.

L’alimentation est un poste assez facile à faire évoluer :

  • elle représente un montant important
  • les choix sont souvent faits par habitude et donc propices à optimisation
  • les achats sont récurrents donc un changement se répercute immédiatement sur le budget du mois.

Nos conseils concernant la réduction du train de vie

Il est théoriquement possible d’abaisser son train de vie très bas. Dans le coaching, nous restons toujours dans les limites de ce que la personne coachée peut accepter, mais n’hésitons pas à remettre en perspective ses choix.

La compressibilité du train de vie dépend de chacun : un jeune salarié peut, si besoin, reprendre temporairement son mode de vie d’étudiant, mais la même chose est probablement impensable pour un couple avec enfants !

Les ajustements qui améliorent la situation financière se payent en général sous forme de bien-être (frustration, sentiment de déclassement) ou de temps (faire la cuisine plutôt que de commander, prendre les transports en commun plutôt que la voiture…).

Cet arbitrage est nécessaire à tout moment de la vie !

Connaissez-vous LA première étape pour améliorer VOTRE situation financière ?