Construire votre patrimoine : c’est votre responsabilité !

À partir de combien est-on riche ?

Prenez quelques secondes avant de répondre.

Si vous avez raisonné en salaire ou en revenu (peu importe la somme), vous faites fausse route.

Mais si vous avez raisonné en patrimoine, bravo !

En effet, la richesse financière se mesure en patrimoine, et non en revenus.

Le revenu, c’est gagner de l’argent.
Le patrimoine, c’est avoir de l’argent.

Évident ? Pour vous peut-être, mais pas pour tout le monde.

Vous souvenez sans doute de ce candidat à la présidentielle de 2012 qui déclarait « Je n’aime pas les riches » en citant le seuil de 4000 euros par mois…

Même des institutionnels font parfois l’erreur. Par exemple, l’Observatoire des inégalités utilise les revenus pour établir ses principales statistiques : https://www.inegalites.fr/Riches-pauvres-et-classes-moyennes-comment-se-situer?id_theme=15.

À demi-mot, il reconnaît que le patrimoine est une mesure alternative pertinente : « Les frontières que nous établissons sont bien sûr discutables.[…] Le seuil de richesse pourrait être déterminé autrement, en utilisant par exemple la notion de patrimoine. »

L’INSEE est plus rigoureux et distingue revenus et patrimoine dans ses études, pour présenter deux optiques différentes : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3549502

Or, nous le répétons : la vraie richesse est patrimoniale.

Beaucoup trop de ménages n’ont aucun patrimoine

Pourquoi insistons-nous ?

Car malheureusement, dans notre quotidien de coachs financiers, nous rencontrons beaucoup trop de ménages qui, malgré des revenus très corrects, peinent à construire un patrimoine.

Ils ont fait l’erreur de croire qu’un bon salaire était suffisant pour assurer leur sécurité financière et regrettent d’avoir tardé à penser “patrimoine”.

Quelques situations tendues :

  • des cadres supérieurs qui n’accumulent rien jusqu’à 60 ans et qui constatent bien trop tard qu’ils auront besoin de revenus complémentaires à la retraite
  • des couples qui réalisent qu’à 50 ans, avec trois enfants, ils gagneraient à adopter un comportement plus vertueux pour que leurs enfants puissent étudier dans les meilleures conditions (sans qu’ils ne doivent travailler, s’endetter ou limiter leur choix de formation)
  • des professions libérales qui, la tête dans le guidon, espèrent un jour pouvoir moduler leur temps de travail sans renoncer à leur train de vie
  • des fonctionnaires toujours locataires à 50 ans et qui désespèrent de ne pas pouvoir devenir un jour propriétaires de leur toit…

Toutes ces personnes vivent des situations différentes, mais elles ont un point commun : leur frustration est liée à un manque de patrimoine financier.

Le régime social trop protecteur vous dissuade-t-il d’épargner ?

En France, nous ne sommes pas habitués à créer nos propres sécurités.

L’État est très protecteur et il est aisé de s’imaginer couvert en toutes circonstances : le chômage pour remplacer les revenus pendant les périodes sans emploi, la retraite par répartition pour les vieux jours…

Ce filet social peut être complété par des assurances facultatives : mutuelle pour les frais de santé non pris en charge par la sécu, garantie prévoyance pour remplacer ses revenus en cas d’invalidité, assurance décès pour verser un capital aux proches…

Par conséquent, l’intérêt défensif de détenir un patrimoine est moins visible que dans d’autres pays.

Nous sommes incités à dépenser, pas à épargner

Pour compliquer encore les choses, tout nous incite à dépenser.

Après une promotion, vos collègues s’attendent à vous voir avec une nouvelle voiture, des vacances plus lointaines…

Le banquier veut vous endetter au maximum de vos capacités…
(Avec 15% de taux d’épargne, les Français sont les “champions de l’épargne” en Europe. Mais cette épargne est principalement immobilière, sous forme de remboursement de crédit.)

La publicité vous incite à acheter une ribambelle de produits adaptés au mode de vie théorique de votre classe sociale (et souvent un peu au-dessus…)

Conséquence : dès que vous gagnez plus, vous dépensez plus.

Construire un patrimoine : un comportement responsable

Chacun a ses propres raisons de construire un patrimoine :

  • créer un filet de sécurité pour se protéger et protéger ses proches
  • se donner la liberté de réaliser des projets pas encore esquissés
  • sortir progressivement du monde du travail
  • maintenir son train de vie à la retraite
  • pouvoir transmettre un héritage…

Mais créer un patrimoine n’est pas qu’une poursuite égoïste : c’est aussi un comportement responsable vis-à-vis des autres.

En effet, le premier service que l’on peut rendre à ses proches (ascendants comme descendants), c’est de veiller à ne pas être dépendant d’eux financièrement.

Rappelez-vous les consignes en avion : en cas de dépressurisation, lorsque les masques à oxygènes tombent, il faut d’abord s’occuper de soi avant de s’occuper des autres.

Alors assumez votre envie d’avoir plusieurs dizaines, voire centaines de milliers d’euros de côté. Il n’y a aucun mal à cela, c’est même vertueux.

Ne laissez pas votre argent filer entre vos doigts, faites-vous épauler par un coach !

En théorie, épargner est facile. Il “suffit” de dépenser moins que ce que l’on gagne.

Mais il y a la théorie… et la pratique !

Ne pas procrastiner, rester motivé, tenir ses comptes correctement et efficacement, maîtriser ses charges, pouvoir donner un ”coup d’accélérateur à son épargne” sans pour autant se priver… Tout ceci s’apprend.

Notre réseau de coachs financiers a déjà formé plus de 200 personnes dans la gestion de leur budget et la maîtrise de leurs finances. C’est le moyen le plus sûr d’assurer la réussite de vos projets et votre sécurité financière.

Rappelez-vous : votre salaire est la matière première qui vous sert à construire un patrimoine. Ne la laissez pas filer entre vos doigts !

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée