Témoignage client : 1 an pour mettre fin aux découverts, acheter une maison, déménager et partir en vacances !

Sandrine, assistante de direction (78) - Janvier 18

Passer d’un découvert récurrent à une situation financière équilibrée qui permet l’achat d’une maison et un déménagement, c’est possible !
Découvrez le témoignage de Sandrine, qui, grâce à une grande motivation et au coaching Plénit’Finances, a transformé la situation financière de son foyer en moins d’un an.

Bonjour Sandrine, comment vas-tu ?

Très bien, merci. Je me demande si mon témoignage va être intéressant. J’ai lu des interviews d’entrepreneurs, de personnes qui changent de vie… Je ne suis qu’une ménagère de 50 ans, en couple, avec une fille d’une vingtaine d’années !

Ne t’inquiète pas, tous les témoignages sont intéressants ! Depuis combien de temps suis-tu le programme de coaching budgétaire Plénit’Finances ?

Cela fait un an, j’ai commencé en décembre dernier.

A l’époque, j’étais tout le temps à découvert, et pourtant j’avais le sentiment de ne pas dépenser énormément. Où passait l’argent ? Je n’en savais rien… Nous gagnons bien notre vie, et je ne pense pas que nous avons des goûts de luxe…

Vous aviez de l’épargne ?

Rien à part un peu d’épargne salariale.

Notre découvert permanent était toléré par la banque uniquement parce que nous avions deux emplois stables. Mais il aurait suffi d’une grosse dépense imprévisible ou une perte d’emploi pour nous retrouver interdits bancaires ou en grande difficulté.

Nous vivions dans l’angoisse permanente que la roue tourne. Alors je faisais l’autruche…

Jusqu’à recourir au coaching !

Oui, et l’équilibre est revenu très rapidement. Nous avons mis quelques mois pour résorber le découvert récurrent, qui s’élevait à plus de 600 euros, puis les budgets équilibrés ont apporté mois après mois un grand bol d’air.

Cela nous a permis d’envisager un achat immobilier et un déménagement avec sérénité.

Aujourd’hui le coaching est terminé, mais j’ai un rendez-vous dans 3 mois pour faire un point afin de m’assurer que suis parfaitement autonome et rigoureuse quant à la tenue de mon budget.

Et comment as-tu connu Plénit’Finances ?

Un jour j’en avais marre de faire l’autruche, j’ai dû taper quelque chose comme « tenir comptes famille » sur Google, ce qui m’a mené sur le site de Plenit’Finances.

Le nom et le style du site m’ont donné une bonne première impression : c’est plaisant, pas arrogant ni austère comme si souvent dans le domaine financier.

Ensuite j’ai lu quelques articles, des chroniques courtes et ciblées, d’autres plus longues, des témoignages… Je me suis dit « Pourquoi pas moi ? ».

J’ai téléphoné et l’accueil a été extrêmement bienveillant. Mon interlocutrice a pris le temps d’entendre mon mal-être avant de me proposer des solutions. J’ai trouvé cela remarquable ! Dans un monde où tout est formaté pour la vente, c’est extrêmement plaisant d’être en premier lieu écouté sans jugement.

Il faut comprendre que lorsque l’on appelle un service comme Plénit, on se sent en situation d’échec, immature, presque honteux. Surtout quand on a des bons revenus et que l’on admet ne pas avoir confiance dans ses capacités à gérer son argent. Il y a beaucoup de mal-être dans cette situation.

Ensuite, la bienveillance sincère de l’accueil a continué tout au long du coaching.

Mon coach m’a soutenu de façon très généreuse. C’est un formateur qui transmet son savoir, mais c’est aussi un appui, particulièrement utile pendant les périodes complexes qu’on ne vit pas souvent, comme un déménagement.

Doubles frais, consommations, assurances, abonnements… à force de faire des budgets avec ses clients, il a une vision instinctive des charges à prévoir. C’était extrêmement rassurant de savoir que l’on intégrait bien tous les coûts et frais inhérents au déménagement.

J’ai trouvé le service à la fois très rigoureux, mais aussi sur-mesure, extrêmement personnalisé.

Tu vis en couple, quelle organisation de comptes avez-vous adoptée ?

Nous avons des comptes et budgets séparés. Mon mari se charge des grosses charges fixes comme les impôts et j’assure tout le reste.

C’est donc moi qui réalise l’essentiel du travail de gestion puisque j’assume toutes les charges variables qui, comme leur nom l’indique, sont d’un mois sur l’autre différentes voire imprévisibles.…

Gérer toutes les dépenses du quotidien est bien plus fastidieux : plus il y a de mouvements, plus les charges sont variables, plus c’est difficile. Équilibrer 4000 euros par mois, c’est quasiment un deuxième boulot !

Je vois de quoi tu parles. C’est une inégalité que nous avions déjà évoquée dans notre article Bien gérer ses finances en couple. La personne en charge des dépenses variables a un budget moins prévisible et donc plus stressant.

Oui, peut-être que les coachs ont un rôle à jouer dans la sensibilisation à ce problème…

Oui, certainement… En général c’est une situation transitoire avant d’adopter une organisation plus équilibrée. Il ne faut pas que cela dure ! Mais revenons aux budgets. Au bout de quelques mois, Plénit a réussi à faire disparaître ton découvert. Où est le truc ? Qu’est-ce qui a changé dans ta gestion ?

La première action a été d’abandonner le débit différé des cartes.

Nous avons aussi fait la chasse aux fausses économies, comme les lots au supermarché dont on n’a pas besoin et qui font dépasser le budget… Peut-être aussi moins de vêtements, moins de sorties en faisant toutefois attention à ne pas créer la frustration. C’est comme suivre un régime : manger de tout mais en quantité raisonnable et arbitrer quand il le faut.

Cela n’a pas été trop douloureux ?

Non, parfois on en faisait même un challenge ! Peut-on garder notre budget sorties du mois sous tel montant ?

En fait, nous étions tellement motivés par notre projet immobilier que tout ce qui permettait de le réaliser dans de bonnes conditions et sereinement devenait un plaisir. Et les achats compulsifs qui compensaient (mal) des frustrations ont disparu sans créer de manque.

Avoir une situation financière saine ouvre beaucoup de possibilités. Nous avons pu acheter une maison et partir en vacances la même année… tout en générant une épargne régulière.

Aujourd’hui, on ne s’interdit pas les achats coups de cœur, mais on veille à ce que ce soit cohérent avec le budget. Il faut être conscient de ses choix et de leurs conséquences.

Le coach t’a reprise parfois ?

Oui ! Par exemple, un mois j’étais certaine de faire une dépense – fêter mon anniversaire avec des amis – qui allait impacter notre budget. Lors de la préparation du budget du mois, je l’ai donc volontairement omise. Pourquoi ? Je n’en sais trop rien. Je pensais peut-être pouvoir l’absorber en arbitrant par rapport à d’autres postes de dépenses.

En découvrant cette dépense, mon coach a joué son rôle et m’a légitimement tiré les oreilles ! Pas parce que j’avais dépensé, mais parce que j’avais sciemment omis de la mentionner. Il faut budgéter absolument tout ce que l’on connaît, même si ce n’est pas une « bonne » dépense. Et il a raison : c’est aussi le rôle d’un coach que d’être ferme quand il le faut.

Tu avais essayé d’autres méthodes pour gérer tes comptes ?

Oui, le kakebo de Dominique Loiseau, une sorte d’agenda dans lequel on reporte ses dépenses quotidiennes. C’est bien pour le suivi, mais il n’y a pas vraiment d’analyse derrière…

Parlons de la technique justement. La prise en main des outils de gestion s’est bien passée ?

Oui. L’import et la classification sur GererMesComptes sont vite devenus une routine, les jauges de couleurs sont très utiles pour savoir où on en est ! C’est un cadre rassurant pour réaliser ses projets.

En revanche, je trouve le tableau analytique fastidieux à remplir… Mais je reconnais qu’il est pourtant indispensable pour avoir une vision globale et plus financière de ses charges.

Je suppose que tu as entendu parler du nouvel outil que Plénit développe ?

Oui, J’espère qu’il sera plus intuitif pour permettre à chacun de l’utiliser durablement après le coaching !

Le coût du coaching ne ta pas gênée ?

Mon mari a hésité à engager la somme, mais il a moins été impliqué que moi dans la relation avec Plénit’Finances. Je trouvais au contraire que payer motive. Cela nous engage et nous libère à la fois, on sait qu’on est sur la bonne voie et que l’on avance.

Au vu de l’engagement du coach et de la qualité du service sur-mesure, je trouve le tarif amplement justifié. On ne sent certainement pas « porte-monnaie sur pattes ».

La fin des frais de découvert bancaire contribue aussi à réduire le coût total du coaching, je suppose ?

Très certainement, même si je suis incapable de les quantifier tellement je faisais l’autruche !

Notre interview touche bientôt à sa fin… Des choses à ajouter ?

Le coaching est un des rares moments où l’on peut montrer une part de soi que l’on ne souhaite pas montrer à ses proches, dans notre société où il faut en permanence paraître.

Dans mon entourage, j’entends souvent des gens se plaindre qui ne s’en sortent pas malgré des revenus corrects. J’ai envie de leur dire « Fais comme moi, va voir un coach financier »…mais cela me gène d’avouer que nous avons rencontré des difficultés financières.

Toujours ce tabou autour de l’argent…

J’en ai parlé à ma fille tout de même ! Je pense que le coaching lui donnerait des bonnes bases pour éviter d’hériter du stress autour de l’argent et quitter le foyer familial avec une caisse à outils des bonnes pratiques pour gérer et équilibrer un budget. On m’a dit un jour « ce n’est pas une question de recettes mais de dépenses ».

Ma crainte c’est que Plénit grossisse et se développe trop vite perdant ainsi son empathie et son intégrité qui font la différence avec les relations que l’on a habituellement avec les banques… ou se fasse racheter par une banque !

Notre réponse aux interrogations de Sandrine

Nous tenons à rassurer Sandrine et nos futurs clients sur les craintes qu’elle exprime.

En effet, Plénit’Finances a l’ambition de grandir afin de toucher le plus grand nombre parmi tous « ces gens qui ne s’en sortent pas malgré des revenus corrects ».

En revanche, nous souhaitons grandir à notre rythme, sans jamais sacrifier la qualité de formation de notre réseau de coachs. Le métier de coach budgétaire ne se « duplique pas », il se transmet avec passion et patience !

Quant au reste, puisse notre métier inspirer le monde bancaire actuel, avec ou sans notre aide directe, mais Plénit’Finances prône son indépendance 😉

Cédric Dufour et David Bénigué, fondateurs de Plénit’Finances

Êtes-vous prêt à vous vous débarrasser de votre découvert
et à commencer à épargner ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée