Indépendance financière : ne devenez pas riche et misérable à la fois

rêve indépendance financière
Accueil >> Patrimoine et Indépendance Financière >> Indépendance financière : ne devenez pas riche et misérable à la fois

L’indépendance financière. Vivre de son capital, être rentier… une grande partie du web financier tourne autour de ce thème.

Malheureusement, le sujet est souvent réduit à sa composante financière : le calcul pour atteindre la liberté financière est très simple. Nous estimons que le véritable enjeu est ailleurs !

Cette quête a une dimension psychologique forte. Elle met en scène nos aspirations, nos craintes et nos espoirs, elle révèle des biais comportementaux personnels qui doivent être dominés sous peine de nous rendre riches et misérables à la fois.

Pourquoi cherche-t-on à devenir financièrement indépendant ?

Les motivations tournent souvent autour de trois grandes directions :

  • Fuir quelque chose délibérément
  • Fuir quelque chose sous couvert d’un objectif
  • Atteindre quelque chose

Faisons le tri parmi ces motivations car toutes ne permettent pas un réel épanouissement !

La fuite délibérée : toujours une mauvaise raison

Devenir indépendant financièrement pour fuir son travail

Salaire qui n’augmente pas, perspectives d’évolution en berne, atmosphère toxique, marché de l’emploi déprimé, économie qui vivote… autant de sources d’insatisfaction qui peuvent donner envie de se mettre à épargner massivement et compter les jours avant une hypothétique indépendance financière, même si les jours se comptent en milliers.

Le web financier surfe sur cette tendance. On ne compte plus les sites qui proposent peu ou prou la même formule : « développez des revenus passifs, claquez la porte au nez de votre patron et assumez votre liberté financière ». Il faut bien attirer les lecteurs 🙂

En réalité, cette insatisfaction professionnelle cache souvent des besoins inassouvis : besoin de reconnaissance, de lien social, de contribuer à la société…

Vouloir combler ces besoins, bien réels, par l’indépendance financière est une fausse solution : en faisant miroiter que tout ira mieux un jour, ce rêve inhibe toute initiative de s’en sortir au quotidien et incite à la passivité plutôt qu’à l’action.

Si vous vous ennuyez au travail, coincé dans un « bullshit job » (c’est l’expression consacrée), nous vous conseillons un peu de lecture… Vous constaterez que vous n’êtes pas seul dans votre quête de sens au travail :

  • Éloge du carburateur de Matthew B. Crawford
  • Le bore-out : Quand l’ennui au travail rend malade de François Baumann
  • La révolte des premiers de la classe de Jean-Laurent Cassely

N’oubliez pas qu’à 30-40 ans, vous êtes peut-être déjà lassés du travail, mais vous êtes aussi à un tournant. Dans une carrière, c’est l’âge où l’on peut évoluer franchement, gagner plus, avoir davantage d’autonomie et de responsabilités. Bref, passer à quelque chose de vraiment intéressant.

Réfléchissez à deux fois avant de saborder votre vie professionnelle, vous n’avez pas tout vu ni tout testé.

Devenir indépendant financièrement pour fuir un monde trop cruel

Autre mauvaise raison de viser l’indépendance financière : le repli sur soi.

L’économie se rééquilibre en faveur des grandes puissances dites « émergentes ». Les médias parlent de « crise » plusieurs fois par jour et nous encouragent à avoir peur de tout. Il est facile de le laisser emporter et de vouloir amasser un magot pour se replier dans un bunker financier.

Mais vouloir devenir riche pour atteindre une sécurité maximale est pire qu’une fuite. C’est un suicide social, une spirale d’accumulation infinie qui fausse le rapport au temps, à l’argent et aux autres. La sécurité financière ne doit pas être votre seule motivation à l’indépendance financière : vous finirez mathématiquement riche, mais risquez de devenir pauvre spirituellement, socialement et moralement.

La fuite inconsciente : encore de mauvaises raisons

Certaines envies ressemblent à des aspirations mais sont en réalité des tentatives de fuite déguisées.

L’indépendance financière pour voyager

C’est une idée qui vient spontanément : faire le tour du monde en permanence, changer d’hémisphère tous les 6 mois pour vivre un été permanent…

Testez donc pendant une année sabbatique pour voir si c’est réellement fait pour vous. En général, vous vous rendrez compte que voyager fréquemment perd rapidement de l’intérêt, en plus d’être très coûteux (ce qui n’est pas grave en soi, mais augmente votre besoin en capital et donc retarde de quelques décennies le développement de votre patrimoine).

L’humain a besoin d’attaches : cet objectif est donc une fuite déguisée !

L’indépendance financière pour passer du temps avec le conjoint qui ne travaille pas

Voici une autre idée qui peut paraître intéressante, mais qui n’est pas un projet de vie. Pire : elle revient à faire porter à quelqu’un d’autre la responsabilité de vos objectifs. Un comble pour un aspirant à l’indépendance !

Ne devenez pas comme ces couples qui se séparent au moment de la retraite, en s’apercevant de ce que représente réellement la vie à deux sans réel projet…

Un projet de vie, c’est d’abord ce que vous faites. Ni où, ni avec qui.

L’indépendance financière pour préparer sa retraite

C’est encore un piège que nous tend notre cerveau. Par peur d’être vu comme radin lorsque l’on adopte un mode de vie frugal, on raconte que l’on épargne pour la retraite.

C’est un argument socialement accepté… tellement accepté que l’on finit soi-même par y croire, si bien que l’on passe à côté de ses propres envies !

Préparer sa retraite ou s’offrir une retraite anticipée n’est pas un objectif en soi. L’objectif, c’est ce que l’on fait concrètement.

Alors, quelles sont les bonnes raisons de viser l’indépendance financière ?

Atteindre quelque chose : la vraie bonne raison de cette quête

Voici quelques bonnes raisons de vouloir devenir indépendant financièrement :

  • Développer ses compétences et explorer un nouveau secteur d’activité
  • Poursuivre une passion peu rémunératrice plusieurs jours par semaine
  • Travailler à temps partiel sans mettre en danger ses finances
  • Créer une entreprise sans le stress de toucher des petits revenus
  • Donner son temps aux autres

Toutes ces idées sont volontairement imprécises (à vous de calquer vos envies !) mais elles ont une direction commune : faire quelque chose de ses journées.

Indépendance financière ne signifie pas absence de travail, ni même absence de revenus ! C’est avant tout une liberté financière, qui permet de structurer un travail autour de vos aspirations, plutôt que d’être soumis à une structure qui vous impose ses contraintes.

Et si on ne sait pas quoi faire ?

Vous avez le droit de tester, d’hésiter. Variez vos loisirs, prenez des congés sabbatiques dès que possible, copiez des personnes qui ont changé parcours, débusquez votre bonheur personnel. Bref, enrichissez votre quotidien, investissez en vous-même, faites-vous plaisir dès aujourd’hui. Ne sacrifiez pas votre bonheur actuel contre une hypothétique période de grâce future.

Oui, cela va vous coûter de l’argent, et donc retarder votre date d’indépendance financière. Mais c’est une absolue nécessité. Ne grillez pas les étapes.

Si les grands gagnants du loto finissent plus déprimés qu’avant d’avoir joué, c’est qu’ils n’ont pas eu le temps de faire ce travail de préparation. Vous avez ce temps, la phase d’épargne est très longue. Profitez-en.

Une grande consolation : nous ne serez jamais perdant

Peut-être qu’un jour, malgré votre motivation initiale, vous serez lassé d’épargner et de vivre frugalement. Vous mettrez fin à votre quête de l’indépendance financière.

Est-ce le drame pour autant ? Non, le résultat n’est pas binaire. Vous aurez accumulé un joli pactole, mais vous aurez surtout appris à vivre en dessous de vos moyens, à contrôler vos envies, à connaître vos aspirations profondes et développé de nouvelles compétences.

Et si finalement, c’était ça la vraie richesse ?

Connaissez-vous LA première étape pour améliorer VOTRE situation financière ?