Bien gérer son budget mariage : les 5 conseils de notre coach

conseils budget mariage

Le budget moyen d’un mariage s’élève entre 8 000 € et 15 000 €.

Mais en réalité, la moyenne a peu de sens. Le bon budget mariage, c’est celui qui correspond à vos choix et votre situation !

En pleine préparation de son propre mariage, c’est aujourd’hui Félix, l’un des coachs Plénit’Finances, qui vous propose 5 conseils pour bien gérer votre budget mariage.

1. Communiquez sur vos attentes et celles de vos familles

Avant d’établir un budget, définissez d’abord ce qui est important pour vous, votre conjoint et vos familles respectives. Un mariage, c’est aussi un mariage de modes de vie, et parfois de cultures, traditions et religions différentes…

Certaines dépenses importantes pour une famille seront jugées inutiles par l’autre famille, et c’est à vous, futurs mariés, de concilier les attentes tout en respectant chacune des parties.

Si les parents sont ceux qu’il faut contenter autant que possible, vous pouvez en revanche vous libérer du regard des autres invités.

Tante Hortense voudra vous imposer le mariage de princesse qu’elle n’a pas pu avoir il y a 50 ans, votre ami d’enfance vous mettra la pression en vous parlant de son futur mariage sur un voilier et cousin Hubert vous dira que les souliers, c’est ce qu’il y a de plus important. Vous n’en finirez pas.

Oui, vous souhaitez que ce jour soit parfait… mais vous ne pouvez pas satisfaire tout le monde. Mieux : vous n’avez pas à satisfaire tout le monde.

2. Faites un premier budget et économisez intelligemment

Une fois les souhaits à peu près définis, vous allez établir votre budget mariage : affecter un coût à chaque poste de dépenses.

Partez des estimations trouvées en ligne (par exemple : https://budget-mariage.com/simulateur/ ou http://www.mariee.fr/budget-mariage/) pour vous faire une grossière idée, puis demandez des devis détaillés. Communiquez clairement au prestataire vos préférences et votre budget maximum pour éviter toute proposition qui vous ferait sortir des clous.

Privilégiez les dépenses qui comptent vraiment pour vous et limitez celles destinées à satisfaire d’autres personnes. Certes, l’idée de rogner les dépenses ne fait pas rêver… Mais n’ayez aucune honte à chercher à réduire la facture : l’amour dans le couple ne se mesure pas à l’argent dépensé pour célébrer son mariage !

Pour réduire le budget, vous pouvez aussi chercher des économies intelligentes qui ne vous feront pas renoncer à la qualité des prestations. Par exemple, pourquoi ne pas réaliser vous même le design graphique de votre mariage (faire-part, étiquettes, plans de table, menus, etc) avec un outil en ligne gratuit comme Canva ?

Le mariage a une haute saison et une basse saison : privilégier l’été indien plutôt que le mois de juillet vous donnera un meilleur pouvoir de négociation. Pensez aussi aux soldes (pour les décorations ou les tenues), source d’économies pour qui sait se préparer…

Se préparer, justement… parlons-en !

3. Le budget c’est bien, mais pilotez surtout votre trésorerie !

Un budget mariage, ça se prévoit tôt, très tôt.

Ne lancez pas le « top départ » du mariage tant que votre budget n’est pas parfaitement établi.

Une fois dans la tempête des préparatifs, vous n’aurez plus envie de penser à l’argent. Vous aurez besoin de savoir que tout est dans les clous ! Alors pensez au budget avant la préparation du mariage et pas pendant.

Attention, les prestataires vous demanderont des acomptes : en général 30% jusqu’à 6 mois à l’avance, puis le reste selon un échéancier de paiement réguliers. Autrement dit, certaines dépenses seront à provisionner, mais beaucoup seront à payer dès le « top départ ».

Votre feuille de route financière doit vous permettre de suivre les décaissements de chacun des postes (traiteur, salle, tenue, alliances, photographe…) au fur et à mesure. Papier ou électronique, peu importe, mais vous devez savoir où vous en êtes d’un coup d’œil.

Sachez enfin que l’on a tendance à dépasser le budget prévisionnel d’environ 15%…

4. Qui paye quoi ?

Dans les cas où les parents financent une partie de la cérémonie, tenez compte de leurs attentes (au moins en partie) et affectez leur contribution sur un poste que vous savez important pour eux. C’est une façon de les remercier sans mettre mal à l’aise la famille qui contribuerait le moins.

Côté partage des frais entre les familles, le 50/50 n’est pas obligatoire : il est communément accepté de répartir les contributions des familles à hauteur du nombre d’invités.

Certains futurs mariés proposent à leurs invités de privilégier une cagnotte destinée à financer le voyage de noces, plutôt que des cadeaux matériels. Une piste à explorer si vous êtes prêts à fixer la destination et la durée selon le montant reçu !

5. Le crédit pour le mariage, une mauvaise idée

Notre coach déconseille fortement de s’endetter pour une seule journée, aussi importante soit-elle dans une vie. Les bons souvenirs du mariage ne doivent pas être ternis par ses conséquences financières.

Mais ne touchez pas non plus à votre épargne de précaution : elle n’est pas faite pour cela ! Pour démarrer votre vie de couple du bon pied, vous devez avoir une situation financière saine.

Vous devez donc provisionner pour le mariage en utilisant votre capacité d’épargne mensuelle.

Pour cela, vous aurez peut-être besoin de réviser votre budget… le budget mariage oui, mais aussi – et surtout – votre budget personnel : réduire votre train de vie afin de dégager davantage d’épargne.
Une capacité d’épargne saine vous sera utile toute la vie… et peut-être plus que vous ne le pensez ! Car après le mariage arrivent souvent d’autres dépenses : augmentation du train de vie, enfant, déménagement…

On oublie souvent que les finances jouent un rôle sur la santé d’un couple. Les difficultés financières peuvent créer des tensions et parfois mettre en danger le mariage qui les a causées.

En conclusion : combien épargner pour le mariage ?

Le calcul à faire est le suivant :

  • On définit un budget, hors frais payés par les parents ou des tiers
  • On ajoute 15% par précaution
  • On retire la partie de l’épargne que l’on souhaite mobiliser (sans toucher à l’épargne de précaution)

➡ On obtient le montant à financer d’ici le mariage

  • On calcule la capacité d’épargne mensuelle du couple (si on a un budget, on la connaît déjà)
  • On divise le montant à réunir par la capacité d’épargne mensuelle

➡ On obtient le nombre de mois qu’il faut épargner pour éviter de faire un crédit ou de toucher l’épargne de précaution

Un exemple ?

  • Budget du mariage : 10 000 euros, mais les parents prennent en charge 2 000 euros, il reste donc 8 000 euros à financer
  • Par prudence, on ajoute 15% : on arrive à 9 200 euros
  • On dispose de 3 200 euros d’épargne (en plus de l’épargne de précaution)

➡ Il reste donc 6 000 euros à financer d’ici le mariage

  • À deux, le couple a une capacité d’épargne de 500 euros par mois
  • Le mariage peut avoir lieu dans… 6 000 / 500 = 12 mois !

➡ Notre couple doit donc commencer à épargner dès aujourd’hui s’il souhaite se marier dans 1 an !

Eh oui, un mariage financièrement sain, cela se mérite…

Mais comme nous le disons plus haut, adopter la bonne discipline d’épargne avant le mariage, c’est un moyen d’éviter toute catastrophe financière après le mariage. Les effets positifs d’un budget sain durent toute la vie.

Le coaching financier peut vous aider à dégager une capacité d’épargne régulière. Contactez-nous !

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée