7 conseils financiers pour les jeunes médecins libéraux (et autres indépendants)

gestion-finances-jeunes-medecin-liberal

Nous savons que vous n’avez probablement pas la tête à vous occuper de la gestion financière de votre activité médicale ou paramédicale.

Mais une mauvaise gestion peut vous compliquer inutilement la vie et faire perdre la main sur un équilibre vie professionnelle / vie privée déjà précaire.

Voici 7 conseils pour améliorer votre vie financière et votre qualité de vie.

1. Ouvrez un compte bancaire dédié
2. Tenez votre comptabilité régulièrement
3. Choisissez votre mode d’imposition : Micro-BNC ou déclaration contrôlée
4. Traitez correctement les charges de votre véhicule : forfait ou indemnités kilométriques ?
5. Provisionnez vos cotisations sociales
6. Construisez vos barrières entre professionnel et personnel
7. Entourez-vous et connaissez les rôles de chacun

1. Ouvrez un compte bancaire dédié

Ouvrez un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle, sur lequel vous ferez passer vos encaissements professionnels, charges de fonctionnement, charges sociales, impôts…

Ce n’est pas obligatoire (cela ne l’est que pour les sociétés) mais cela vous facilitera grandement la vie pour un coût minime.

Un simple compte courant peut faire l’affaire. Votre banque vous proposera peut-être un compte dit « professionnel » plus cher avec de nombreuses options dédiées aux entreprises. C’est un choix nécessaire si vous souhaitez disposer d’un TPE afin d’accepter les règlements par carte bancaire, mais certainement pas obligatoire.

2. Tenez votre comptabilité régulièrement

Tenir une comptabilité est une obligation légale. L’enjeu va au-delà de déterminer le bon chiffre à déclarer aux impôts : vos comptes doivent être précis, tenus régulièrement et exacts.

Par chance, vos obligations comptables sont simplifiées. Vous n’êtes pas soumis aux règles des sociétés commerciales.

* Vous pouvez tenir une comptabilité dite recette/dépenses en inscrivant les mouvements qui passent sur votre compte bancaire dans un livre-journal, qui répartit dans différentes catégories les recettes et dépenses.

Vous pouvez regrouper les encaissements de vos patients par journée, à condition de tenir un « brouillard de recettes », registre recensant pour chaque rendez-vous de la journée le nom du patient (ou un code pour préserver l’anonymat), le montant du règlement et le mode de règlement.

Vous devez tenir un registre des immobilisations et amortissements.

Vous êtes libre de choisir le mode de tenue de votre comptabilité : papier ou informatique. Dans ce cas un logiciel agréé est nécessaire, Excel n’est pas utilisable.

3. Choisissez votre mode d’imposition : Micro-BNC ou déclaration contrôlée

Vos revenus ont le caractère de Bénéfices Non Commerciaux (BNC).
Vous devrez reporter vos recettes et charges sur la déclaration 2035 (revenus professionnels) pour déterminer votre BNC.

En régime Micro-BNC, vos charges sont forfaitairement définies comme étant égales à 34% de vos recettes. Vous n’avez aucune justification à donner pour vos charges, aucun justificatif à conserver. Par exemple, si vous réalisez 20 000 euros de recettes, vos charges sont supposées égales à 6 800 euros. Votre bénéfice sera donc 13 200 euros, que vous reporterez directement sur votre déclaration 2042 (revenus personnels).

En déclaration contrôlée, vous déclarez vos charges réelles. Vous aurez intérêt à connaître sur le bout des doigts ce que vous pourrez déduire : local, transports, assurances, blanchisserie, fournitures, mobilier, informatique, certains repas, etc.

Vous aurez alors à remplir une déclaration 2035 pour calculer votre BNC, avant de le reporter sur la déclaration 2042.

Le bon choix dépend de vos estimations financières. Si vous estimez que vos charges seront supérieures à 34% de vos recettes, vous aurez intérêt à passer au réel.

Mais l’équation n’est pas que financière : le Micro-BNC apporte le bénéfice de la simplicité et fait gagner du temps. Et le temps, c’est de l’argent !

Enfin, le Micro-BNC n’est possible que sous 32 000 de recettes annuelles. Au-delà, la déclaration contrôlée est obligatoire.

4. Traitez correctement les charges de votre véhicule : forfait ou indemnités kilométriques ?

Les déplacements constituent souvent le principal poste de charges pour les médecins et infirmiers débutants qui font beaucoup de visites à domicile, ou des remplacements dans différents cabinets.

En déclaration contrôlée, vous devrez choisir entre le forfait kilométrique et le réel (en micro-BNC, les charges sont forfaitisées).

Le forfait kilométrique vous permet de déduire un montant forfaitaire en euros par kilomètre parcouru. Vous devrez alors suivre précisément le nombre de kilomètres parcourus à titre professionnel.

En frais réels, vous pouvez déduire tous les charges justifiées par des factures : carburant, entretien, petites réparations, assurance, mensualités en cas de crédit-bail, loyers en cas de location, amortissement en cas d’achat immobilisé… Si votre véhicule est à usage mixte, vous aurez à déterminer une quote-part d’utilisation privée qui ne sera pas considérée comme une charge déductible.

Ici encore, le bon choix dépend de vos projections. Le forfait permet d’éviter de conserver des justificatifs.

5. Provisionnez vos cotisations sociales

Les cotisations sociales vous permettent d’obtenir une retraite et une couverture santé.
Globalement proportionnelles à vos revenus, elles sont calculées les deux premières années la base d’un revenu théorique assez faible. Elles sont ensuite ajustées la troisième année avec votre activité réelle, occasionnant en général un gros rattrapage et donc un gros décaissement financier.

De nombreux entrepreneurs qui ne passent pas la troisième année pour cette mauvaise anticipation.

Gardez à l’esprit que les premiers appels de charges sont sous-estimés et provisionnez 40% à 50% de vos revenus nets à ce titre.

6. Construisez vos barrières entre professionnel et personnel

Votre vie privée sera déjà bien affectée par votre vie professionnelle, vos longues heures sur la route et la préparation de votre thèse si vous ne l’avez pas encore soutenue.

En libéral, l’abus de bien social n’existe pas puisqu’il n’y a de personnalité morale. Aucune règle ne vous empêche de mélanger finances personnelles et finances professionnelles. Vous devrez fixer vous-même des barrières pour ne pas avoir l’impression de « vivre pour travailler ».

Ne mélangez pas recettes professionnelles et recettes privées.

Déterminez-vous une rémunération fixe pour pouvoir créer un budget professionnel et budget personnel, et payez-vous des bonus régulièrement.

Lorsque vous avez un besoin privé, réalisez d’abord un virement de votre compte professionnel vers votre compte privé, puis retirez de l’argent sur votre compte privé. Ne piochez jamais dans la caisse en fin de journée, ne payez pas vos courses avec la carte bancaire du compte professionnel, même si l’argent est le vôtre.

7. Entourez-vous et connaissez les rôles de chacun

Les AGA/ARAPL

Si vous optez pour la déclaration contrôlée, vous devrez adhérer à une Association de Gestion Agréée (AGA) qui vérifiera et contrôlera votre déclaration 2035 avant transmission aux services fiscaux. Les AGA proposent des formations comptables mais ne remplacent pas un comptable.

Un comptable

Vous pouvez tenir votre comptabilité seul ou recourir à un comptable. Veillez à utiliser correctement sa compétence : plus vous lui préparez le travail (factures classées, dossiers bien tenus), moins il facturera sa prestation.

Un assistant administratif

La comptabilité ne vous fait par peur mais le classement et l’archivage des justificatifs vous ennuie ? Confiez ces tâches basiques à un assistant administratif, moins onéreux qu’un comptable.

Un coach financier pour indépendants

Enfin, un coach financier pour indépendants peut vous aider à renforcer la séparation entre finances professionnelles et personnelles.

Depuis 2010, nous accompagnons les particuliers et les professionnels.

Nous pouvons aider à anticiper vos cotisations sociales, vos impôts, déterminer votre juste rémunération, lever vos appréhensions sur la gestion financière et vous livrer les clés d’une bonne gestion de trésorerie pour préserver votre qualité de vie.

Car après toutes ces heures passées sur la route ou à préparer votre soutenance, vous aurez peut-être envie d’aller au-delà des BNC, 2035 et 2042 pour vous concentrer sur ce qui importe réellement : votre vie.

La première étape, c’est de faire connaissance au cours d’un premier échange. Gratuit et sans aucun engagement, il permettra de réaliser votre diagnostic budgétaire.

Êtes-vous prêt à apprendre à gérer votre argent
et à épargner plus et mieux ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée