La vie financière des indépendants est une alternance de festins et de famines

Lucille, directrice artistique Freelance - Février 19

portrait lucile menessier

Bonjour Lucile et merci pour cet entretien !

Tu es directrice artistique freelance, spécialisée dans les prestations graphiques pour le monde des chevaux : écuries, entraîneurs…

Oui, toute la filière équine et agricole. J’adore ce milieu !

Quel est ton statut ?

Je suis affiliée à la Maison des Artistes depuis une dizaine d’années, fiscalement en BNC, soumise à la TVA en réel simplifié.

Et pour la comptabilité, quel a été ton choix ?

Je la tiens moi-même. Je trouve que c’est indispensable pour garder la main sur mes comptes. J’utilise un service en ligne et mon AGA (Association de Gestion Agréée) vérifie mes déclarations.

Parlons un peu de tes clients et tes missions. Tes revenus sont plutôt récurrents ou « one shot » ?

Les deux… Je peux réaliser des prestations ponctuelles comme la réalisation d’un site complet. Dans ce cas, je joue le rôle de chef de projet : je me charge de la partie graphique et je coordonne mon équipe de prestataires de confiance pour le développement du site, le référencement…

Mais j’interviens aussi de façon plus continue pour certains clients. Lorsqu’une start-up vient me voir, je peux commencer par créer son identité visuelle, puis l’accompagner tout au long de sa vie en réalisant ses supports de communication imprimés et web, les mises à jour du site…

J’apprécie cette diversité !

Et comment as-tu connu Plénit’Finances ?

Par Jonathan Path, qui est mon coach.

Ton coach ? Mais… il n’est pas coach Plénit’Finances ?

Non, c’est un coach pour freelances. Il m’aide sur la prospection de clients, la tarification, la relation avec les agences… Je recours souvent à des coachs. Pour la petite histoire, j’ai aussi suivi un coaching en développement d’entreprise il y a quelques années.

Bref, un jour Jonathan a évoqué dans sa newsletter son expérience du coaching financier Plénit’Finances.

Cela m’intéressait car je me sentais seule sur le plan financier, sans méthode ni process. Je me suis alors abonnée à la newsletter Plénit’Finances, puis je suis devenue cliente peu de temps après.

Quel était ton besoin ?

C’est simple : je ne savais pas où passait mon argent.

Malgré un chiffre d’affaires honorable, je traînais depuis des années un découvert de
2000 €… Il était autorisé, négocié avec la banque, mais j’avais l’impression de le rembourser en permanence sans jamais réussir à constituer de réserves.

On dit que la vie financière des indépendants est une alternance de festins et de famines. Je l’ai beaucoup ressenti à un moment et c’était vraiment difficile.

Alors j’ai appelé Plénit’Finances. J’avais besoin d’aide.
Je leur ai dit clairement au téléphone : « HELP » !

Comment as-tu vécu la relation avec le coach financier ?

Ma coach a été formidable. Je suis une personne plutôt inquiète avec l’argent, comme le syndrome de l’indépendant, j’ai souvent peur de manquer. Elle a su me rassurer tout au long du coaching, y compris dans les moments difficiles.

Concrètement, tu peux nous raconter ce que le coaching t’a apporté ?

La chose la plus importante, c’est que j’ai appris à me verser un salaire. Ce n’est pas réellement un salaire car en BNC cela n’existe pas, mais c’est un virement régulier qui part du compte professionnel pour aller vers le compte personnel.

Cela n’a l’air de rien, mais c’est extrêmement rassurant. Même si ma tréso pro est très fluctuante (il m’est arrivé dans ma carrière d’encaisser 15 000 € un mois puis 300 € le mois suivant !), grâce à ce virement régulier j’ai une base sur laquelle compter, ce qui joue énormément sur la sérénité.

Ensuite, j’ai appris à anticiper, à rechercher de la visibilité sur mon solde bancaire. C’est une chose que je n’aurais jamais pu faire seule… J’ai appris à me projeter dans l’avenir en planifiant à l’avance mes revenus et mes dépenses.

Je ne suis pas une financière, je ne m’étais jamais posé ce genre de questions auparavant.

N’était-ce pas trop difficile de projeter tes revenus ? Lorsque l’on est indépendant, il est difficile de savoir précisément quand on va être payé… et les clients ont tendance à rallonger les délais de paiement pour garder la trésorerie le plus longtemps possible.

C’est vrai, les agences paient d’habitude à 30 ou 60 jours…Mais la plupart de mes clients me payent à réception de la facture !

C’est un principe que j’ai mis en place récemment, grâce au coaching en gestion d’entreprise justement ! Je l’évoque clairement dès la phase de devis.

Et ils l’acceptent facilement ?

Oui, aujourd’hui la grande majorité des clients me paie à réception. Certains proposent même de payer un acompte ! J’apprécie beaucoup ce geste car cela les implique : c’est bon pour la communication tout au long du projet.

Le coaching fait un usage intensif des budgets mensuels : la prévisions de revenus d’un côté, la prévisions de dépenses de l’autre. Bien que non financière, tu as adopté le principe rapidement ?

Oui, j’ai adoré les jauges permettent de savoir où l’on se trouve en cours de mois. Je suis visuelle, des jauges, des couleurs, ça me parle. Elles me permettent de savoir si je peux être généreuse ou s’il faut que je me calme à la fin du mois !

Après, je dois avouer que les points en milieu de mois étaient parfois difficiles. J’ai souvent peur de manquer. Voir des jauges rouges en milieu de mois me gênait vraiment. Heureusement, ma coach me rappelait que j’allais recevoir tel ou tel encaissement et que c’est la situation en fin de mois qui compte.

On en revient à l’anticipation dont je parlais plus tôt…

As-tu des points négatifs à mentionner ?

Oui, je vais être honnête : je pense aujourd’hui que le tableau de suivi des indicateurs est perfectible, qu’il peut être amélioré pour des profils comme le miens qui ne sont pas familiers avec la comptabilité

Je l’ai trouvé très lourd. Même avec le coach, nous y passions beaucoup de temps, il y a beaucoup de recopie. Il utilise un jargon financier qui n’est pas forcément accessible aux non-financiers. J’ai mis 6 mois à m’y faire…

Mais c’est surtout la forme qui pêche selon moi. Je trouve que certaines couleurs sont mal utilisées. Lorsque je voyais du rouge vif, l’anxiété revenait…

Vraiment ?

Oui, j’allais jusqu’à remettre en question la pérennité de mon entreprise ! C’était assez décourageant gérer correctement sa trésorerie et de voir que tout n’était pas dans le vert à cause de quelques dixième de pourcent. Heureusement que la coach me rassurait… Elle était vraiment très impliquée, vraiment super, elle faisait le travail de vulgarisation qui manquait.

Pour moi, un tableau de bord est un outil de synthèse et de communication… Pour qu’il soit utile au lecteur, les couleurs pourrait être mieux choisies.

Merci pour ta franchise ! Nous arrivons à la fin de cet entretien. Comment souhaites-tu conclure ?

Malgré les réserves que j’ai exprimées, le coaching Plénit’Finances m’a bien aidé à organiser mes finances.

Le coaching a répondu à mes besoins, je vois bien mieux où passe mon argent, je sais quand être généreuse et quand me limiter, et j’ai remboursé tous mes découverts !

Je dirais que ma sérénité est passée de 1/10 à 7/10.

Je vais évidemment continuer à me verser un salaire fixe, à utiliser les budgets et les jauges… et probablement continuer à utiliser le grand tableau, même si j’aurais aimé pouvoir l’adapter.

Merci Lucile pour cet entretien !

Merci !

logo askforlucile
Vous pouvez retrouver Lucile sur http://askforlucile.fr/
facebook : https://www.facebook.com/Askforlucile
Linkedin : https://www.linkedin.com/in/lucilemennessier/

Êtes-vous prêt à vous vous débarrasser de votre découvert
et à commencer à épargner ?

Gérez-vous bien vos finances ?

Répondre à un quizz (1 minute)

Comprenez-vous votre situation financière ?

Réserver votre évaluation personnalisée